Échec des manifestations du FNDC à Kindia: l'ancien Maire, Abdoulaye Bah donne les raisons.


31 Jan

Devant la presse ce vendredi 31 janvier à Kindia, Abdoulaye Bah, candidat malheureux de l’UFDG à la mairie, et membre du FNDC a expliqué les raisons de l'échec des manifs appelées par le Front national de la défense de la constitution (FNDC) dans la ville de Manga Kindi Camara. 

Pour un début, il a expliqué qu’il y a trois ou quatre raisons qui expliquent cette situation de « léthargie ».

« Premièrement, nous sortons d’une grande crise politique communale de 2018. De mémoire d’homme, on n’a jamais vécu une ville aussi impactée que celle de Kindia. 2018 a enregistré beaucoup de dégâts, on a eu ici deux morts, des blessés, d’économie plus de 3 milliards ont été détruits ici. Des arrestations, des emprisonnements, des jugements. Donc 2018 a été une année extrêmement difficile pour les populations de Kindia à cause de la crise. On arrive en 2019 avec cette volonté du pouvoir de faire autre chose. Donc les gens commencent à souffler un peu et il est difficile pour eux qui ont des loyers à payer, avec des boutiques, des magasins, qui ont des familles à nourrir, d’être engagés dans un nouveau combat qui nécessite des sacrifices », a-t-il informé.

Avant de faire aussi constater que : « La deuxième raison, c’est que Kindia est militarisée. N’oubliez pas que Kindia fait objet de convoitise. C’est une ville stratégique. C’est la première ville de la Basse Guinée ; donc le pouvoir a un œil ici et donc il y a une volonté d’étouffer dans l’œuf une quelconque manifestation populaire. D’ailleurs Kindia a été la première ville à être victime par rapport au FNDC. C’était le 4 mai 2019, on a eu le premier procès FNDC à Kindia avec les 7 arrêtés. »

Selon lui, « La troisième raison, c’est que le FNDC n’a pas pu avant le début des manifestations installer vite les antennes ».

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.