Guinée/Culture: Porte ouverte sur la mare de Baro


24 Jan

PORTE OUVERTE SUR LA MARE DE BARO

La fête de la mare de BARO est une manifestation qui a lieu tous les ans depuis l'année 1239. Après la chute de l'empire de Soundiata Keita, les princes se sont dispersés, chacun est parti de son côté avec ses sofas (chevaliers), ses hommes, ses griots. L'environnement appartient au premier qui s'installe, la mare qui s'appelle Warignamba appartenait aux gens de Fadama qui est le village des maîtres de la parole. En effet les avocats, les procureurs, les juges de paix, s'étaient installés dans ce village qui se trouve sur la rive gauche du fleuve Niandan face à Baro. 

Ainsi l'histoire raconte qu'au cours d'une promenade solitaire, une vieille femme de Fadama aurait aperçu parmi les lianes compactes de la forêt qui donne sur Warignamba(la Mare) un fruit sauvage appelé Sagba, plus gros que d'ordinaire et de surcroît très mûr. Ce qui aiguisa son appétit. Pendant qu'elle contemplait le fruit, arriva auprès d'elle un jeune homme qui était de passage sur ce chemin: Il s'appelait Kaboriba Kanté. La vieille l'interpella et lui demanda de cueillir le fruit qu'elle lui montrait du doigt. A Kaboriba de plaisanter comme on aime le faire avec les personnes du troisième âge de chez nous: "alors sage de Fadama; quelle sera ma récompense si je cueillais ce fruit pour toi ? " .

Je te donnerai tout Warignamba la mare que voici, répondit la vieille de Fatama. Kaboriba éclata de rire, grimpa, cueilli le fruit et le remit à sa providentielle cliente qui cassa aussitôt la gousse, en extrait une noix qu'elle suça gloutonnement. Pénétrée par le bon goût du fruit, elle s'exclama: "hoûm! adouman assoumani bôley" c'est à dire "ô que ce fruit est doux et bien frais! " .

Encore une fois Kaboriba se tordit de rire et dit à la vieille femme de Fadama: "Alors grande tante de Fadama, la mare de Warignamba appartient maintenant et désormais à nous à Baro, c'était l'enjeu n'est ce pas? Si oui, moi je l'appellerai Boley pour immortaliser notre troc à travers le qualificatif doux et frais que tu viens de donner au fruit.

Les anciens qui avaient un sens très poussé de solidarité entre clans et tribus ont aussitôt validé le troc pour respecter la promesse faite à l'homme de Baro par la vieille femme quand bien même elle plaisantait.

Cérémonies:

Les anciens de Baro, sans être pourtant animiste demeure cependant convaincue de la bienveillance régulière des génies qui habitent la Mare et la Forêt sacrée car les voeux formulés jusqu'ici ont été pour la plupart exhaussées depuis plus de 7 siècles déjà.

Aussi, chaque année, des gens viennent par milliers et de tous les horizons, implorer la grâce des génies Boley Karinkan et Boley Fadima, le généreux couple de génies qui habite les lieux.

Source : Association des ressortissants de Baro.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.