Amadou Damaro au FNDC : "On ne brule pas son pays parce que son président a des intentions."


19 Mar
19Mar

C’est seulement les menaces qui restent au fameux FNDC. Ils ont brulé des préfectures et chassé des préfets. Ils ont brulé des prisons pour libérer des malfrats, ils ont versé de huile de vidange sur la route, tiré sur des citernes de carburant, enflammé des véhicules et marchés. L’apologie de la violence, l’apocalypse, voilà ce qu’il leur reste. Ils n’ont plus rien à offrir que ça’’, indique-t-il.

Le patron des députés de la majorité

parlementaire estime que les revendications du FNDC ne sont pas fondées. 

"On ne brule pas son pays parce que son président a des intentions. Est-ce que changer une constitution est absolument lié à une autre mandature ?’’, se demande Amadou Damaro Camara.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.